Joan Manuel Ortega Ardila, Colombia

Voici un petit résumé de mon parcours en France pendant mes études, dans le cadre de la préparation de mon diplôme d’Ingénieur à l’ISIMA de Clermont-Ferrand, comme un étudiant du Réseau « n+i ».


Cette expérience m’a permis d’avoir une vision nouvelle du monde. Pendant le Package d’Intégration Linguistique au Cavilam (Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias) de Vichy, j’ai pu faire connaissance des personnes qui venaient de tous les continents. J’ai pu connaitre de différentes cultures et ça m’a enrichi. Je me sens un citoyen du monde.

L’arrivée s’est bien passée grâce aux moyens que « n+i » avait mis à notre disposition. En septembre, la vraie adaptation a commencé pour moi, lors de mon arrivée dans mon école. C’était la période la plus dure. Mais après des mois de travail, maintenant je suis adapté à la méthodologie française et je suis très content de voir comment la formation suivie à l’ISIMA m’a permis d’améliorer toutes mes connaissances. Avec mes copains de classes français, j’ai pu développer des projets en informatique, mais aussi, avoir un contact plus direct avec les jeunes français et la culture auvergnate.


Sur le plan académique, j’ai travaillé sur un projet de collecte de puits de pétrole, encadré par l’ISIMA en partenariat avec PETROBRAS, une société multinationale pétrolière brésilienne. Les résultats ont répondu à toutes mes attentes, et comme résultat, le projet sera présenté au Portugal, dans le cadre d’une conférence internationale de Recherche Opérationnelle.
Parmi mes projets en France pour les prochains mois, j’aurai la participation à mon premier stage en entreprise, chez Goodyear, à Montluçon. Pour la troisième (dernière) année, j’envisage aussi la réalisation d’un double diplôme à l’ISIMA : un Master en Informatique.


Finalement, Je dois ajouter que je n’ai que des mots de gratitude envers le Réseau « n+i » qui m’a permis de venir en France, ainsi que l’Ambassade de France en Colombie, qui m’a donné le soutien avec la bourse d’ambassade pour que je puise faire mes études en France. J’espère que ce type d’aides continuera, car il y a beaucoup d’étudiants colombiens comme moi, qui rêvent de pouvoir venir dans ce pays merveilleux et profiter de tous les avantages historiques, culturels, scientifiques… que la France peut offrir au monde.